Surtensions – Olivier NOREK

Troisième enquête pour le capitaine Coste et son équipe

Éditions Michel Lafon – 505 pages – Sortie le 31 mars 2016

surtensions-
Surtensions – Olivier Norek

Qui dit jour J, dit foncez-y 😉

Olivier Norek, un auteur que j’ai découvert il y a quelques mois et qui dès son premier livre, Code 93, m’avait agréablement surprise grâce au réalisme qui s’en dégageait. Viens ensuite la lecture de Territoires, un coup de coeur, qui a fait entrer Olivier Norek dans ma liste d’auteurs à suivre de près. Autant vous dire que j’étais impatiente de découvrir cette troisième enquête qui correspond à la clôture de la trilogie Coste. Qu’allait-il nous réserver ? Ben oui quoi, Olivier Norek ne fait pas dans la dentelle. Avec lui, ça punch de partout et il n’hésite pas à mettre le doigt sur certaines dérives de notre société. Autant vous dire que je m’attendais à tout sauf à prendre cette bonne grosse bouffée d’émotions en plein dans la tronche.

Avec Surtensions, Olivier Norek nous emmène dans le milieu carcéral et celui de la justice. Plusieurs histoires qui s’entremêlent et vous font passer d’un univers à l’autre. Volontairement, je ne vous en dirai pas grand chose préférant vous laisser le plaisir de la découverte. Simplement, quel peut-être le lien entre une sœur prête à tout pour faire sortir son petit frère de prison arrêté pour braquage, un jeune homme enlevé dans le but d’obtenir une rançon, un père de famille soumis à un terrible chantage et toujours notre groupe Crime 1 plongeant à nouveau dans une affaire qui les changera sans doute à jamais…à vous de le découvrir !!!

Par contre, ce que je peux vous dire, c’est ce que j’ai ressenti à la lecture de ce troisième volet. J’ai ouvert la première page, lu le prologue et là…j’ai relevé la tête quelques secondes comprenant qu’un drame allait se jouer. Qui, quoi, comment ? Je ne le savais pas….Par contre, tout au long de ma lecture, ce prologue est resté ancré dans un coin de ma tête. J’ai espéré pouvoir en reculer l’échéance mais non, un livre de Norek (j’en ai eu l’expérience par deux fois) ça se dévore et Surtensions n’a pas échappé à la règle, deux jours après le couperet est tombé. Oh my god !! Rares sont les livres m’ayant arraché des larmes, encore plus rares sont les livres d’histoire de flics à l’avoir fait (même si les livres de Norek ne se résument pas qu’à cela). Difficile pour moi de pouvoir vous décrire cette émotion que j’ai ressentie mais cette douleur, je l’ai ressentie au plus profond de mes tripes….

Oui, j’ai retrouvé les mêmes qualités que dans les deux précédents romans d’Olivier Norek. Un réalisme incroyable..dans cette prison, j’ai eu l’impression de m’y retrouver et d’y subir les rouages du système avec son lot d’agression, de menace, de surpopulation et j’en passe. Ça pète de partout…j’étais totalement spectatrice de cette montée en puissance de la violence au fil des pages et au rythme des événements, mettant mes nerfs , c’est le mot, en surtensions. Toujours un récit rythmé qui ne laisse pas de place à l’ennui. Au contraire, ça passe trop vite…Mais dans Surtensions il y a une telle intensité qu’il en devient mon préféré.  C’est un gros coup de cœur.

J’ai retrouvé avec beaucoup de plaisir Coste et son équipe auquel  je vous ai déjà dit m’être énormément attaché. Cette équipe fait partie de mes personnages  préférés. Toujours cet humour et cette répartie qui font du bien, et apportent quelques secondes de répit. Des personnages vraiment bien travaillés et qui entretiennent une relation encore plus soudée et encore plus touchante. Des clins d’œils sympathiques à d’autres auteurs disséminés à différents endroits du récit. 

Finalement, c’est ça la magie des livres d’Olivier Norek. Deux extrêmes qui se rejoignent. Une partie très noire, qui vous bouscule, vous secoue…et une partie profondément humaine qui vous touche, vous faisant ressentir un profond sentiment d’empathie. Effet jubilatoire   et addictif garanti…

Avec Code 93, Norek m’avait surprise. Avec Territoires, il m’a rendu addict de ses livres. Et avec Surtensions, il m’a bluffé…voilà la boucle est bouclée…Je finis cette trilogie un peu triste de devoir dire au revoir à des personnages que je retrouverais peut-être ou pas, je l’espère en tout cas…mais je la finis aussi en vous disant merci Monsieur Norek pour ces moments que vous m’avez fait passer et pour les émotions que vous m’avez procurées. Je dis souvent que j’attends de la lecture des histoires marquantes qui gravent mon esprit. Avec Surtensions, et au delà de cela, avec cette trilogie, le job est parfaitement rempli. 

Je n’ai plus qu’une chose à dire : ami(e)s lecteurs/lectrices foncez !!!

Ma note : ♥♥♥♥♥ 

 

Résumé éditeur

Cette sœur acceptera-t-elle le marché risqué qu’on lui propose pour faire évader son frère de la prison la plus dangereuse de France ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui ont fait irruption dans sa maison et qui comptent y rester ? Comment cinq criminels – un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un kidnappeur et un braqueur – se retrouvent-ils dans une même histoire et pourquoi Coste fonce-t-il dans ce nid de vipères, mettant en danger ceux qui comptent le plus pour lui ?

Des âmes perdues, des meurtres par amour, des flics en anges déchus : la rédemption passe parfois par la vengeance…

Pour cette nouvelle enquête du capitaine Coste, Olivier Norek pousse ses personnages jusqu’à leur point de rupture. Et lorsqu’on menace un membre de son équipe, Coste embrasse ses démons.

Retrouvez ma chronique de Code 93 en cliquant ici et celle de Territoires ici.

Pour retrouvez l’interview d’Olivier Norek c’est ici
Merci à Olivier Norek et aux éditions Michel Lafon pour cette lecture.

Publicités

6 réflexions sur “Surtensions – Olivier NOREK

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s