Trophée Anonym’us – édition 2016/2017

J’ai le plaisir et la joie de vous annoncer ma première participation en tant que blog partenaire mais aussi, en tant que jury, au trophée Anonym’us édition 2016/2017.

« Oui mais Lilie, c’est quoi le trophée Anonym’us ? »

Pas de panique, je vous explique tout, le trophée Anonym’us c’est ça :

IMG_1909

Le concept :

Cette année, vingt-sept auteurs, édités et non édités vont se livrer une bataille acharnée à partir du mois de Septembre.

Comment ? En s’affrontant dans un concours de nouvelles, noire ou polar, de 20 000 signes maximum.

Les textes seront jugés à l’aveugle par les membres du jury (sans savoir qui a écrit quoi ) qui débâteront et délibéreront sur une page privée Facebook. Le classement sera établi en Mars et uniquement à partir de ce moment là, le jury prendra connaissance de l’identité de chaque auteur caché derrière la nouvelle.

Les trois auteurs arrivés en tête se verront invités lors du festival des Pontons Flingueurs par René Vuillermoz fin juin à Annecy. Le gagnant se verra remettre une statuette en argile faite par Eric Maravelias, organisateur du concours.

Le trophée Anonym’us c’est :

  • Cette année le parrain est Ian Manook (auteur de Yeruldelgger entre autre).
  • De grands noms du polar rivalisent avec de parfaits inconnus, jamais édités.
  • Parité entre les hommes et les femmes.
  • Les auteurs restent anonymes jusqu’à la décision finale.
  • Interactif – ouvert à tous pour le jury et accessible à tous sur internet.
  • Totalement transparent du début à la fin.
  • Réalisé sans aucun moyen et totalement gratuit.
  • Les nouvelles, toutes inédites, sont téléchargeables librement et gratuitement pour tous. (vous pourrez les retrouver entre autre sur mon blog ou sur la page FB dédiée à l’événement).

Les auteurs : (attention il y a du lourd 😉 )

Armelle Carbonel

Naissance à Paris le 16 juillet 1975.
Armelle Carbonel vit actuellement en région parisienne. Mariée et mère d’un enfant, elle consacre la majeure partie de son temps libre à l’écriture et travaille parallèlement dans le domaine de l’infrastructure pour le Ministère de la défense. Après Les Marais funèbres et La Maison de l’ombre, elle signe son troisième thriller avec Criminal Loft. ( Source K-libre )

Benoît Séverac

Benoît Séverac est auteur de romans noirs. Il est professeur d’Anglais à l’École Vétérinaire de Toulouse.
Musicien dans la fanfare jazz-latino-rock La Pêche Ô Boucan de Péchabou, membre de Toulouse Polars du Sud, il est passionné de littérature.
Il s’est d’abord fait connaître par ses nouvelles, il est lauréat des concours du Lecteur du Val (2002) et d’Encre de Garonne (2004).
En 2007, vint également la publication de son premier roman « Les Chevelues », éd. Tme (Grand Prix Littéraire de la ville de Toulouse en 2008, Prix de la ville de St-Lys, Prix Calibre 47 du salon Polar’encontre en 2009).
‘Les chevelues’ a été traduit aux USA.
Il a publié aux éditions Syros, Silence, L’Homme-qui-dessine, Little sister et participé à l’anthologie de nouvelles Hammett Détective.
En 2011, « Silence » obtient de nombreux prix: Prix 2012 du Polar Jeunesse de Montigny-lès-Cormeilles (95), Prix 2012 de littérature jeunesse de Balma (31), Prix 2012 du salon de littérature jeunesse de Mirande (32), Prix 2013 de la ville de Loudéac et de la Cidéral (22)…
Il vit aujourd’hui à Toulouse. (source Babelio)

Ellen Guillemain

Ellen Guillemain est nouvelliste et romancière.
En 2001 elle gagne le troisième prix d’un concours de nouvelles qui lui ouvre les portes d’un grand magazine pour qui elle écrit occasionnellement des nouvelles depuis 2000.
Membre de l’association « Arts et Lettres » de Rambouillet, Ellen Guillemain y a également rencontré un vif succès avec l’une de ses nouvelles fantastiques.
En 2012, elle sort son premier roman, Un crime amoureux, et continue encore aujourd’hui sa collaboration avec le magazine qui lui a donné sa chance.
Elle vit à Gazeran. ( Source Babelio )

Ciceron Angledroit

Claude Picq, alias Cicéron Angledroit, alias Isidore Lelonz a toujours vécu en banlieue parisienne.
Après avoir obtenu son baccalauréat, il entre dans la vie active par la voie bancaire (au Crédit Agricole en 1973), secteur en marge duquel il évolue toujours.
Claude Picq participe à près de 30 salons et dédicaces par an, et est suivi par un millier d’internautes.
Il vit à Mennecy. (source Babelio)

Yannick Dubart

Enseignante, elle est attirée par la littérature policière. Elle a toujours aimé raconter des histoires, mais c’est suite à une maladie grave que l’écriture lui est devenue indispensable. Elle a participé à quelques émissions de jeux télévisés et aime autant le cinoche que le cinématographe. Tarentino est son dieu vivant. Elle fond pour Mark Wahlberg et adore Kate Winslet et Cecile de France. Elle craque pour Juliette Gréco, Led Zep et AC/DC. Tous ces univers sont source d’inspiration. Elle a gagné le premier prix d’un concours littéraire dans le magazine Marie France et le prix de la nouvelle au premier salon de Noeux les Mines.

( Source : livrs-editions.com )

Colin Niel

Colin Niel est un écrivain français né en 1976 en région parisienne où il a grandi, au 12ème étage d’une ZAC, avant de voyager un peu partout et de vivre loin de son béton natal, en Guyane, en Guadeloupe.
Amateur de romans noirs denses et humains, influencé par des Indridason, Lehane ou Hillerman, il commence à écrire à son retour de Guyane et donne vie au capitaine Anato et à ses enquêtes en Amazonie française.
Son premier roman, « Les Hamacs de Carton », est récompensé par le prix des Ancres Noires en 2014. Suivront « Ce qui reste en forêt » et « Obia ».
2016: Colin Niel a reçu le Prix du récit de l’ailleurs (Saint Pierre et Miquelon) pour son polar « Obia ». (Source : Amazon)

Gaëlle Perrin-Guillet

Gaëlle Perrin-Guillet est secrétaire de mairie le jour et auteur de thriller la nuit.
Depuis toujours amatrice de romans noirs, elle s’essaie à l’écriture en 2000.
Après deux romans auto-publiés (« Le Sourire du diable » en 2010 et « Au fil des morts »en 2011), elle participe à deux recueils des « Auteurs du noir face à la différence » (en 2012 aux éditions JIGAL puis en 2013 à L’atelier Mosesu).
Haut-le-cœur (2013) est son premier roman publié aux Editions Rouge Sang.
Elle vit à Lyon.
( Source Babelio )

Dominique Maisons

Dominique Maisons est éditeur de presse jeunesse et de bande dessinée.
« Le psychopompe », Grand Prix VSD du polar 2011, est son premier roman.
Le site d’auteur:
http://dominiquemaisons.fr/  (source Babelio)

Sandra Martineau

Née à Saint-Brieuc en 1978, Sandra Martineau a passé toute sa jeunesse dans ville de Saint-Brieuc. Après un bac ES, elle entame des études de droit durant lesquelles elle profite de son temps libre pour perfectionner sa passion pour la photo et réaliser deux expos. Ses études de commerce international l’amènent ensuite à Vannes. Installée dans la Sarthe depuis onze ans, elle n’en oublie pas pour autant s Bretagne natale.
Écrire n’est pas son métier, mais après avoir gagné le prix de nouvelles Louis Guilloux au lycée, elle se risque à continuer dans cette voie, d’abord en écrivant des scénarios, ensuite en les adaptant en manuscrits. Trop souvent envahie d’idées, c’est le temps qui lui manque pour écrire.
Sportive de nature, elle est aussi quelqu’un d’hyperactif, qui combine la gestion d’une entreprise, l’éducation de ses deux enfants et l’écriture. ( Source K libre )

François Medeline

François Médéline est né à Tassin-la-Demi-Lune, dans la banlieue lyonnaise en 1977. Cadet d’une fratrie de trois garçons, il est élevé par sa mère, dans le village de Vernaison au sud de Lyon. Il émigre à Romans-sur-Isère à onze ans. Il y suit ses études secondaires et fait son apprentissage du rugby et du grec ancien. Diplômé de l’Institut d’Étude politique de Lyon où il a été chargé d’enseignement et de recherche (en particulier en sociologie politique), il aime pêcher la perche au bord du lac Léman, ramasser des trompettes de la mort et jouer à la belote coinchée. Il vit et mange politique. Il a commencé à écrire sérieusement à vingt ans quand il a lu Le Grand Nulle Part de James Ellroy même s’il en avait envie depuis ses onze ans, et la lecture de L’Étranger d’Albert Camus. Petit lecteur, ses goûts littéraires sont variés : Mort à crédit de Céline, Demande à la poussière de John Fante, Pas d’orchidées pour Miss Blandish de James Hadley Chase, Premier amour de Tourgueniev, Bel ami de Maupassant, Le Dernier baiser de James Crumley, Journal d’un vieux dégueulasse de Charles Bukowski. Il a vu une quinzaine de fois Il était une fois en Amérique de Sergio Leone, adore Mulholland drive de David Lynch. Il n’a aucune culture musicale.

Après La politique du tumulte paru en 2012, François Médéline publie en 2014 un roman noir Les rêves de guerre, également aux Éditions La manufacture des livres. (source Toulouse polars du Sud)

Anouk Langaney

Naissance à Paris le 14 octobre 1973.
Anouk Langaney a grandi à Arcueil, puis dans le sud de Paris, entre diverses piles de livres. Ensuite, partout où elle vivra (en Irlande, en Bretagne, en Normandie, en Guyane, et depuis dix ans en Corse) on retrouvera les mêmes piles de livres, qui prolifèrent, s’effondrent et se reconstituent aussitôt plus hautes et plus mobiles, recouvrant inexorablement les (rares) meubles. Des livres multicolores, de toutes sortes de formats, de natures, de consistances, entre lesquels viennent se glisser des disques, des films, des jouets, des enfants et des chats : un bazar informe, instable et familier.
Enfant, Anouk Langaney est une lectrice boulimique : elle lit tout, n’importe quoi, très vite. Si elle a depuis gagné en esprit critique, elle n’en a pas pour autant renoncé au plaisir de piocher dans tous les genres, tous les styles, tous les pays, toutes les époques… Entre Leo Lionni et Denis Diderot, entre F’murr, Howard Phillips Lovecraft, Ahmadou Kourouma et Carl Hiaasen : impossible de faire son choix. Ses études (ENS Fontenay, agrégation de Lettres) n’y changeront rien, son métier d’enseignante non plus.
À force de parler de livres toute la journée, elle finit par se souvenir qu’elle a aussi eu, au départ, l’intention d’en écrire en griffonnant des tas de bouts de débuts d’histoires, qui se sont très spontanément enfouis sous les piles. Il lui a fallu ruser : elle a ainsi escaladé le figuier le plus proche, et s’est mise à conter – la littérature orale, c’est pratique, ça ne se déchire pas. Une fois la machine enclenchée, elle est passée à l’écrit, et son premier roman noir a vu le jour en 2013 aux éditions Albiana, dans la collection « Nera ».
D’une manière ou d’une autre, elle compte bien continuer à raconter des histoires, plutôt cruelles et drôles pour le moment, histoire de rire de ce qui lui fait peur. (source k-libre)

Ghislain Gilberti

Ghislain Gilberti, écrivain belfortain, est auteur de romans noirs, de poésie contemporaine, d’essais et parolier pour plusieurs groupes ( Malevolentia, The Fall of Time, Fuck an Angel, De Lys, Arnaud D). Il va puiser dans les replis les plus sombres du corps social pour en tirer la matière qu’il injecte dans ses textes.
– « Dynamique du chaos » (2008), son premier roman, a été publié en ligne et rencontré un vif succès. C’est un roman viral qu’il est possible de télécharger gratuitement et qui circule partout sur la toile.
– « Le Festin du Serpent » (2013) est son premier roman a être publié par les éditions Anne Carrière et Pocket (2015). Ce roman a remporté le Grand prix des Lecteurs France Bleu 2013, le Prix Découverte Polar Pourpre 2013 et était finaliste pour le prix du meilleur Polar Francophone (2013).
– « Le Baptême des Ténèbres » (2014) Toujours aux Editions Anne Carrière, sortie nationale le 2 octobre.
– « Le Bal des Ardentes », sortie en début d’année 2015 sera son troisième roman aux Editions Anne Carrière. (source Babelio)

Louisa Kern (Valérie Allam)

Née à Paris en 1972, Valérie Allam vit dans le sud de la France. Elle est enseignante et exerce actuellement dans un institut médico-éducatif auprès de jeunes adultes handicapés. Fatou n’a qu’une jambe (mais dans sa tête elle en a deux) est son premier roman jeunesse. (source ricochet-jeunes.org)

Jacques Saussey

Jacques Saussey est un écrivain et un auteur de romans policiers.
Il a commencé à écrire ses premières nouvelles à 27 ans, en 1988. Deux nouvelles ont été primées dans des concours (« Quelques petites taches de sang » en 2002 aux Noires de Pau, et « Alfred Jarry est mort » en 2007) et une éditée en BD (« Le joyau du Pacifique », en 2007).
« La Mante Sauvage » est son premier polar. Son deuxième thriller « De Sinistre Mémoire » est paru en 2010 aux Éditions des Nouveaux Auteurs.
Actuellement il travaille comme cadre technique dans une grosse société.
Il a pratiqué le tir à l’arc de compétition pendant dix ans, de 1985 à 1995, avec à la clef un titre national individuel en 95 et un par équipe en 92.
Il vit dans l’Yonne.
le blog de l’auteur:
http://jacques-saussey.over-blog.com/
( Source : http://www.jacques-saussey-auteur.com )

Danielle Thiéry

Danielle Thiéry est née en 1947 en Bourgogne, dans une ambiance rurale, d’une mère-poule et d’un poulet (papa professeur de judo dans la police). Après le bac, une formation d’éducatrice spécialisée et un « mai 68 » décevant au bout du compte, l’ouverture aux femmes du concours d’officier de police la fait bifurquer vers un nouveau défi : affirmer la place des femmes dans toutes les sphères de la société, surtout celles que l’on disait réservée aux hommes. Le slogan « la police un métier d’homme » a-t-il vécu ? Pas sûr… Car le chemin n’est pas semé de roses ! Après avoir occupé différents postes : brigade des mineurs, stupéfiants, proxénétisme, brigade territoriale, police aux frontières, police des chemins de fer et passé plusieurs concours, elle est nommée, en 1991, première femme commissaire divisionnaire de l’histoire de la police française.  Un évènement qui fait date car, curieusement, il lui donne le top départ d’une autre carrière, littéraire cette fois, menée en parallèle avec une deuxième vie professionnelle au sein de grandes entreprises (AIr France, France Telecom, La Poste). C’est par la télévision et une grande série diffusée sur France 2 qu’elle s’engage dans l’écriture. Quai N°1 est l’histoire de sa vie et aussi celle de Marie Gare, son aïeule, abandonnée dans … une gare ! Depuis 2008, elle ne se consacre plus qu’à l’écriture. Plusieurs de ses romans ont été traduits à l’étranger et ont reçu des prix dont le prestigieux Prix du quai des Orfèvres en novembre 2012 pour « Des clous dans le coeur » (source slog.fr)

Jérémy Bouquin

Autodidacte, réalisateur de courts et moyens-métrages et auteur français de polar.
Il est le président de l’Association tourangelle “Les Tontons Filmeurs“,
Jérémy Bouquin alias Jrmy est aussi scénariste sur la Bd polar “Le Privé” et animateur radio. (source Babelio)

Marie Van Moere

Marie Van Moere est née en 1977 à Pau. Elle passe ses premières années à Saint-Laurent-du-Maroni en Guyane Française. Son enfance est marquée par de nombreux voyages qui vont grandement déterminer se sensibilité, « quelqu’un de réceptif, d’adaptable et de lointain » comme elle se décrit elle-même.
Grande lectrice, notamment des grands conteurs de la littérature (Jim Harrison, Annie Proulx, Michel Houellebecq), elle l’est un peu moins aujourd’hui « parce que l’écriture ça prend du temps ! ».
Depuis quelques années, elle vit et écrit en Corse. Elle présente au Salon TPS 2014 son premier roman noir, Petite Louve, publié aux Éditions La Manufacture de Livres en janvier 2014, une histoire de vengeance et de course poursuite, trépidante et tragique, parfois d’une violence sauvage, âpre et sensible à la fois, servie par une écriture fine et sensuelle.
(Source : http://www.toulouse-polars-du-sud.com).

Michel Douard

Concepteur Rédacteur Freelance – Auteur (La Manufacture de Livres)
En 2013, il publie son premier roman « Chinese Strike »

Maud Mayeras

Maud Mayeras est une romancière. Elle vit à Limoges.
Son premier thriller « Hématome, » paru aux éditions Calmann-Lévy dans la collection Suspense en 2006, a pour sujet principal la dénonciation des violences faites aux femmes.
Il avait été très remarqué lors de sa sortie : finaliste Prix Polar SNCF 2006, Prix des Limbes pourpres 2006 et Prix Griffe noire du meilleur thriller de poche 2008.
Sept ans plus tard, son second roman intitulé « Reflex » (2013) est édité aux éditions Anne Carrière.
Lux sortira aux Editions Anne Carrière le 6 octobre 2016. (source Babelio)

Nils Barrellon

Nils Barrellon est professeur agrégé de sciences physiques au lycée Rodin à Paris. Il est marié et père de trois enfants.
Il a commencé à enseigner en 1996 et est professeur de lycée depuis 2003.
Il signe avec « Le Jeu de l’Assassin » (2014) son premier roman qui a été finaliste du Prix Quai des Orfèvres 2013, du Prix Balai de la Découverte 2014 et du Prix Polar Lens 2015.
En mars 2015 sort le deuxième épisode des enquêtes du Commissaire Kuhn intitulé « La fille qui en savait trop ».
Il est également l’auteur de de nouvelles et de pièces de théâtre dont l’une a gagné le Prix de la Comédie au Festival de Dax en 2004. (source Babelio)

Olivier Chapuis

Olivier Chapuis est un écrivain.
Il a publié Fragments en 2013 aux Éditions de Londres, dans la collection « East End ».

Patrick K. Dewdney

Patrick K. Dewdney est né en Angleterre en 1984 et vit en France depuis l’âge de sept ans. Il a publié Neva, chez les Contrebandiers, Mauvaise Graisse, chez Geste éditions, ainsi qu’un recueil de poésies, Perséphone Lunaire. Crocs, édité par Écorce et la Manufacture de Livres est sa quatrième publication. Patrick K. Dewdney habite actuellement dans la campagne limousine, où il étudie projets de vie alternatifs et réflexions sociales en parallèle avec son écriture. (source Quai du polar)

Du côté des non-édités

Vous pourrez retrouver toutes les nouvelles ici-même sur le blog

OU

Sur la page FB dédiée à l’événement : Anonym’us en cliquant ici

Publicités

4 réflexions sur “Trophée Anonym’us – édition 2016/2017

  1. Séverine

    Félicitations 😉 Je ne connaissais pas du tout ce trophée. Ce doit être une expérience très enrichissante à vivre . Je vais surveiller la publication des nouvelles, il y a parmi les auteurs de grands noms dis donc!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci 😊 Oui une première expérience pour moi et je suis impatiente. J’imagine que ce sera très enrichissant humainement puis autour d’une passion commune quoi demander de mieux 😉 Je suis d’accord il y a de belles têtes d’affiches et concernant les nouvelles elles seront publiés et pourront être téléchargées ici même 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s